charge d'exploitation en balcon, "balcon rapporté", terrasse, coursive, etc..

  • clement.a
Plus d'informations
il y a 4 mois 4 jours #1 par clement.a
Bonjour,

Une demande d'avis/interprétation, sur la question des balcons, balcons à structure indépendante, terrasses, coursives, etc.., et le choix de la charge d'exploitation à appliquer, notamment en usage résidentiel (catégorie A).

Je sais qu'il n'y a pas forcement de réponses réglementaires précises pour arbitrer les choix du concepteur et que cela est au cas par cas (comme évoquée sur un autre sujet du forum opposant EC1 et NF-P-06-001), mais c'est surtout pour avoir justement des avis sur les choix que certains retiennent.



A l'EC 1, on a :
- Plancher = 150daN/m²
- Escalier (sauf marche indépendante) = 250daN/m²
- Balcon = 350daN/m²

Sur la NF-P-06-001, qui précédait l'EC1, et qui était plus exhaustif sur les différents usages possibles pour aider à choisir, il y avait aussi les précisions :
- Terrasses privées (sans tenir compte des jardinières éventuelles) = 150 daN/m².
- Loggias : Prendre comme charge celle des locaux contigus
- Escalier (sauf marche indépendante) + halls d'entrée = 250daN/m²


Vient ensuite la définition à apporter aux différentes structures, pour savoir qu'elle charge d'exploitation il est plus judicieux de retenir :

- "Balcon" = élément en saillis d'un bâtiment (donc normalement en porte à faux)
-> 350daN/m²

- "Terrasse sur pilotis". Techniquement cela s'apparente à un plancher sur poteaux-poutres, sur une surface plus ou moins importante, c'est juste qu'il est à l'extérieur
-> j'aurais tendance à choisir 150daN/m² du coup, avec la remarque de la NF-P-006-001 concernant les jardinières éventuelles (dont il faut également tenir compte à l'EC1 si elles dépassent les charges surfacique ou ponctuelle mentionnées).

- "Balcon à structure indépendante" (terme que l'on retrouve par exemple dans l’arrêté du 19 Juin 2015) ou "balcons en appuis" et "balcons autoportants" (parmi les conceptions évoquées dans le guide RAGE des balcons et coursives métalliques rapportées).
Techniquement cela s'apparente à un plancher sur poteaux-poutres, sur une surface plus ou moins importante, c'est juste qu'il est à l'extérieur
-> Est-ce que l'on retient plutôt le mot "balcon" pour le choix de la charge (ce que fait le guide Rage par exemple), ou la conception structurelle identique à celle d'un plancher?
Si l'on retient le terme "balcon" pour le choix, où se situe la différence entre ce type d'ouvrage et un plancher sur poteaux-poutres? Peut être en fonction de la surface?

- "Coursive" = galerie de circulation extérieure en façade ou intérieure (couloir). Cela va être suivant la configuration structurelle :
> En porte à faux.
-> 350daN/m² (idem balcon)

> Structure rapportée "en appuis" ou "auto-portée"
-> Comme pour les "balcons en appuis" ou "balcons autoportants", cela s'apparente techniquement à un plancher sur poteaux-poutres. Est-ce que l'on retient plutôt la charge d'un balcon (ce que fait le guide Rage par exemple), ou le fait que la conception structurelle soit identique à celle d'un plancher?
Si l'on retient celle d'un balcon, où se situe la différence entre ce type d'ouvrage et un plancher sur poteaux-poutres? Peut être en fonction de la surface?
Si l'on retient la conception type plancher, ne faudrait-il pas retenir de préférence la charge d'exploitation d'un escalier à 250daN/m² (comme la NF-P-06-001 le faisait pour les halls d'entrée)

- "Loggia" = terrasse couverte en retrait de la façade -> idem plancher, 150daN/m² (en corrélation avec la NF-P006-001 du coup)



Pour les autres catégorie d'usages (B et C), les questions sont au final les mêmes pour savoir dans quel cas on retient techniquement une configuration de balcon ou plancher. Et si balcon retenu, en appliquant le plus défavorable de la charge de plancher de la catégorie concernée et la charge de balcon de la catégorie A.
Quoique le guide Rage des balcons et coursives métalliques rapportées retient, lui, 250daN/m² pour les balcons et coursives des catégories B et C1 (même lorsqu'ils sont en porte à faux), ce que je n'aurais pas fait. Indépendament d'une catégorie d'usage des bâtiments, la NF-P06-001 retenait elle 350 à 600daN/m² pour des balcons.




Voilà, si vous avez des avis ou retours d'expériences sur ce sujet, ça serait interressant.
Merci d'avance.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • xdavy
Plus d'informations
il y a 3 mois 3 semaines #2 par xdavy
Bonjour,

De mon point de vue, la justification de la charge de 350 kg/m² sur un balcon est liée à sa "fragilité".
L'élément étant en porte à faux, il n'y a pas de phénomène membranaire qui pourrait se développer, permettant aux occupants d'être prévenu du danger et d'évacuer du mieux possible. Aussi, une analyse de risque encourage à augmenter forfaitairement la charge de calcul pour augmenter le facteur de sécurité.
Ainsi, c'est bien le fait d'être en porte-à-faux sur un seul appui qui doit pousser à retenir ces surcharges.
Un "balcon" à structure indépendante ne devrait, selon moi, pas le nécessiter.

Comme vous le rappelez dans l'introduction de votre message, ce n'est que mon avis...!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • arcobois
Plus d'informations
il y a 1 mois 1 semaine #3 par arcobois
L’interrogation est bonne et justifiée, je me pose la même question à chaque terrasse à justifier mécaniquement.... et je reste toujours sans réelle réponse.
Nous pouvons en effet "choisir" une charge cohérente selon notre "avis" (selon moi 250 daN/m² pour une terrasse parait assez sécuritaire...mais selon moi....et qui suis-je pour le prétendre ?).... et en effet les balcons de par leur position en porte-à-faux (si c'est ce qui les caractérise comme balcon !) avec une charge supérieur pour les différentes raisons évoquées par les précédents post....
Mais est-ce qu'un administrateur du forum, alerte sur ces Eurocodes, pourrait nous dire comment justifier un choix, plutôt cohérent, sans s'appuyer sur les valeurs imposée "réglementairement", car il y tout de même une grosse question d'assurance et de responsabilité pour nos bureaux d’étude !

Merci par avance, aux fins connaisseurs, de nous éclairer là-dessus

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • clement.a
Plus d'informations
il y a 1 mois 1 semaine #4 par clement.a
Merci à vous 2 pour vos réponses.

S'il y a d'autres avis, ou mêmes des retour d'expériences de choix effectués sur des projets (notamment en présences du bureaux de contrôles), ça aiderait effectivement à se rassurer d'un point de vue de la responsabilité.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Propulsé par Kunena