Accumulation de neige

  • Amara15
Plus d'informations
il y a 1 an 11 mois #16 par Amara15
Réponse de Amara15 sur le sujet Accumulation de neige
Bonjour

A mon avis il n'y a pas d'ambiguïté : le b1, c'est la longueur complète du bâtiment surplombant, ce qui correspond, sauf forme particulière, à la longueur des long pans.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • b.desmarets
Plus d'informations
il y a 1 an 11 mois #17 par b.desmarets
Réponse de b.desmarets sur le sujet Accumulation de neige
Entendu, merci pour votre réactivité.
Bien à vous,

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • peitarbes
Plus d'informations
il y a 2 semaines 2 jours #18 par peitarbes
Réponse de peitarbes sur le sujet Accumulation de neige
Bonjour,

Je me pose également les mêmes questions que M. SOUBDE concernant le calcul des accumulations de neige glissant d'un versant adjacent supérieur (voir post ci-dessous).
C'est dommage que ce post soit resté sans réponse de la part des rédacteurs de l'Eurocode 5 car il s'agit d'une question très pertinente...

Je calcule moi-même une terrasse de refuge de montagne, située sous un versant en pente de 100%
Je trouve la formulation de base, qui correspondrait à l'Interprétation n°1, illogique : pourquoi la charge de neige "glissée" reçue par la terrasse serait-elle moins importante sous un versant à 100% que sous un versant à 50 ? Il me semblerait plutôt que plus la pente du versant supérieur est importante, plus la neige glissera en contrebas et donc plus l'accumulation de "neige glissée" sera forte...
Ce n'est pas le cas avec l'interprétation n°1.

Quelqu'un peut-il éclairer nos lanternes ?

RoS écrit: bonjour,

concernant le paragraphe « 5.3.6 Toitures attenant… », pour le calcul du coefficient µs :

1) Interprétation 1 : (avec coefficient de forme)
µs = (0.5 * sk,alt * µ(α)) * (2 * b’) / (ls * sk,alt) = (0.5 * µ(α)) * (2 * b’) / (ls)

2) Interprétation 2 : (sans coefficient de forme : celle que j’aurais tendance à appliquer même si il y a une référence au paragraphe 5.3.3 où le coefficient de forme intervient mais l’évolution de la formule 1 en fonction de l’angle ne me semble pas très logique…)
µs = (0.5 * sk,alt) * (2 * b’) / (ls * sk,alt) = (0.5) * (2 * b’) / (ls)

3) Interprétation 3 : (développée dans les précédents post : interprétation plus pratique) correspond à : ½ de la charge de la toiture haute avec pente 0 + ½ de la charge de neige « enlevée » par la pente
µs = (0.8 - µ(α) / 2) * (2 * b’) / (ls)
formule plus pertinente car la notion de pente de la toiture haute intervient et qu’une pente plus grande augmente le coefficient µs (contrairement à 1) ce qui parait plus logique
mais cela ne correspond pas vraiment à la phrase d’explication de 5.3.6 (1)…
« µs est déterminé par l’application d’une charge additionnelle égale à la moitié de la charge maximale totale sur le versant adjacent de la toiture supérieure, calculée selon 5.3.3 »

Le point 3 est donc plus une adaptation pratique qu’une interprétation, est-il donc selon vous légitime et possible d’envisager le point suivant (4) plus favorable en cas de pentes faibles pour la toiture supérieure ou faut-il utiliser l'équation du point 3 ?:

4) Adaptation 4 : on considère que l’intégralité de la charge de neige qui n’est plus sur la toiture haute est sur la toiture basse (toujours en répartition triangulaire sur ls)
µs = (1 - µ(α)) * (2 * b’) / (ls)

Rem. : on prend la totalité de la charge de neige au sol sans coefficient de forme (soit 1 au lieu de 0.8 pour les pentes < 30°), un coefficient de forme 0.8 maxi même pour faible pente est l’objet de la question subsidiaire 1.


Question subsidiaire 1 : sur le coefficient de forme µ1(α), pourquoi µ1 est au maximum = 0.8 même pour des pentes très faibles ?
(par exemple pour une pente de 4%, qu’est ce qui justifie une différence de 20% entre la quantité de neige au sol et celle en toiture ?)

Question subsidiaire 2 : la majoration de 20 daN/m² pour les zones de toiture dont la pente est inférieure à 3% (NF EN 1991-1-3 / NA / A1 : 2011) s’applique avant ou après le coefficient de forme µ1 ?
En pratique j’applique s = sk,alt * µ1 + 20 daN/m²
mais il me semble que rien n’indique que l’on ne pourrait pas considérer
s = (sk,alt + 20 daN/m²) * µ1 (ce qui est plus favorable)

Merci

Cordialement,
romain soubde B3B

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Propulsé par Kunena